Pourquoi le transport ferroviaire de fret reste loin de son objectif de doublement

Malgré un contexte environnemental favorable, l’objectif de doubler la part du fret ferroviaire reste un vœu pieux. Organisation et investissements ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Deux ans sont passés depuis que les acteurs du fret ferroviaire réunis dans l’alliance 4F avaient imaginé un plan de 15 milliards d’euros avec 30 propositions pour doubler la part modale de leur secteur. En 2021, le gouvernement avait repris cet objectif dans sa Stratégie nationale pour le développement du fret ferroviaire. « L’Etat a choisi de reprendre à son compte l’ambition portée par les acteurs du secteur d’un doublement sur la décennie de la part modale du fret ferroviaire en passant de 9% en 2019 à 18 % en 2030, pouvait-on lire. A plus long terme, l’Etat se donne l’objectif d’atteindre une part modale de 25 % à l’horizon 2050. » Mercredi 12 octobre, les acteurs du ferroviaire réunis pour un colloque organisé par l’Afra – l’Association française du rail, qui regroupe les opérateurs concurrents de la SNCF et les industriels du secteur – ont dressé un constat alarmant.